contact us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right.

         

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Passion selon Saint Matthieu - Jordi Savall

A venir

Back to All Events

Passion selon Saint Matthieu - Jordi Savall


16 avril, 20h, Auditori, Barcelone (Espagne)

17 avril, 20h30, Philarmonie de Paris

18 avril, 20h, Chapelle royale de Versailles

Direction Jordi Savall

La Chapelle Royale de Catalogne - Le Concert des Nations

Avec le choeur d’enfants Amics de la Unió

Passion selon St Matthieu, BWV 244, Jean-Sébastien Bach

« S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu », écrit Cioran. Cela ne saurait être plus vrai que dans la Passion selon saint Matthieu. Une œuvre monumentale, quintessentielle : puissante, fleuve, et si variée dans les trésors qu’elle offre. Bref, une œuvre géniale, qui donne à la Passion du Christ l’une de ses plus merveilleuses représentations artistiques. Si elle connaît probablement une première création le Vendredi saint 1727, Bach la reverra par deux fois. En dépit des circonstances de sa genèse, ainsi que de sa destination, Bach produit là un sommet de théâtralité musicale. Le dispositif orchestral et choral double (dans un geste stéréophonique), tout comme l’écriture, si dynamique, du récit de l’Évangéliste et la subtilité avec laquelle sont décrits les états d’âme des protagonistes (compassion, abandon, amertume, accablement), tout contribue à faire de l’évangile une expérience de musique hautement dramatique. Au point qu’il est aujourd’hui impossible de lire ce passage des évangiles sans songer à la musique dont Bach l’a sertie. L’ambition et l’envergure de l’œuvre ont toutefois contribué à ce qu’elle sombre dans l’oubli — jusqu’à ce qu’un certain Felix Mendelssohn la redécouvre, près d’un siècle après sa création.

Solistes :

Evangelista, Florian Sievers

Jesus, Matthias Winckhler

sopranos : Marta Matheu, Rachel Redmon

altos : Nils Wanderer, Kristin Mulders

ténors : Simon Bode, Emiliano González

basses : Marc Mauillon, Markus Volpert

Earlier Event: March 30
Les Mystères du Contrepoint
Later Event: April 19
Jeanne et la chambre à airs